Flémalle : Nature et Découvertes

LES VERTES VOIES

L’entité flémalloise et son réseau de promenades balisées

Saviez-vous que l’entité de Flémalle, commune dite industrielle, est composée principalement d’espaces verts ?  Flémalle a le privilège de compter plusieurs réserves naturelles agréées dont 3 sites Natura 2000.

L’Office du Tourisme de Flémalle a mis en place divers itinéraires valorisant  le patrimoine naturel et culturel de la région ; vous découvrirez au fil de vos balades des fermes typiques de nos contrées,  la réserve naturelle et le village de Chokier, les châteaux d’Aigremont, de Chokier ou encore celui de Hautepenne et des villages verdoyants, tel celui des Cahottes.

Les cartes IGN des « Vertes Voies » reprenant le tracé de 9 promenades originales balisées sont disponibles à l’Office communal du Tourisme.

Nature et Découverte - 2 Nature et Découverte -1

LA RESERVE NATURELLE AUX ROCHES

Réserve naturelle gérée avec les RNOB.
Elle comprend notamment les anciennes carrières situées sur les coteaux exposés au Sud de la vallée de la Meuse, en pleine zone industrielle liégeoise. C’est étonnant, mais possible.

Nature et Découverte - 3Le point de départ de la visite de la réserve : CHOKIER, le village avec son élégant château juché sur un rocher à pic et ses très belles demeures du 17ième au 19ième siècle.

Le château actuel date de 1730, mais il y avait déjà une seigneurie au 11ième siècle et de nombreuses constructions se sont succédées à cet endroit stratégique de la vallée mosane (voir le site www.chokier.com pour en connaître l’historique et plus encore ( cartes postales – images – peintures – chronologie – généalogies – … ).

Le Château de Chokier
Le Château de Chokier

Les Carrières de Chokier, élément incontournable du patrimoine mosan.

Site Natura 2000 à Flémalle

La réserve naturelle de Chokier constitue l’un des fleurons du patrimoine de la commune de Flémalle et de la Meuse liégeoise plus généralement. Il n’est pas question, ici, de bâtisses anciennes ou de vieilles inscriptions mais d’un patrimoine naturel et paysager. Il y a une quinzaine d’années, l’association de protection de la nature – Natagora – a passé une convention avec la commune de Flémalle (30 ans) pour la création d’une réserve naturelle à Chokier. Depuis lors, une équipe de bénévoles s’occupe de faire connaître, de préserver et de gérer la grande biodiversité que renferme le site. En effet, ces anciennes carrières de pierre calcaire offrent un refuge à de nombreuses espèces animales et végétales parfois très rares.

Nature et Découverte - 5L’ancienne commune de Chokier, ou se situe une partie de la réserve, est superbement exposée aux rayons du soleil.

Nature et Découvertes - 6Bien que son territoire soit exigu, Chokier a connu au cours des siècles une activité intense : brasserie, atelier de cuvelage, maréchal-ferrant, chantier naval, alunière, fabrique de minium, amidonnerie, tannerie, piperie, moulin à farine et surtout ce qui nous préoccupe : l’exploitation du calcaire. Le nom de Chokier provient du latin Chalcaria qui signifie four à chaux. Les plus anciens développements du village devraient être attribués à l’exploitation d’une carrière qui, pour notre bonheur, a laissé de nombreux reliquats de biotopes relativement intacts et de grand intérêt.

Nature et Découvertes - 7 Nature et Découvertes - 8

N’oublions pas que nous sommes aussi dans une région très urbanisée dans laquelle des abris naturels de  cette envergure, où la biodiversité peut s’épanouir, ne sont pas légion. En collaboration avec Natagora, l’office du Tourisme de Flémalle a le plaisir de vous proposer, dès 2012, la possibilité de découvrir ce petit joyau méconnu lors de visites guidées organisées à la demande pour les groupes. Ainsi pourrez-vous découvrir, entre autres, des plantes méditerranéennes qui ne se retrouvent qu’ici dans le Bassin liégeois et qui arrivent, à Flémalle, sur leur limite nord de dispersion.

LA RESERVE NATURELLE DE ROGNAC

Site Natura 2000 à Flémalle

« La propriété de Rognac s’étend sur les communes de Neupré et de Flémalle et appartenait au Dr L. Tilman. En 1978, ce dernier en fit don aux RNOB. Amoureux de la nature, il espérait ainsi inciter les jeunes chercheurs et les scientifiques à étudier plus en détail ce site.

La forêt de Rognac est en effet l’une des rares à n’avoir fait l’objet d’aucune intervention depuis près d’un siècle. D’une douzaine d’hectares, la réserve naturelle est traversée du sud au nord par le ruisseau de Neuville, rejoignant la Meuse à hauteur des cristalleries du Val Saint-Lambert à Flémalle.Nature et Découvertes - 9

Une flore fontinale s’y est développée, suivie, en bas de pente, par une flore de colluvions. De nombreux oiseaux et mammifères ont été observés dans la partie forestière de la réserve. Au sud-est de la réserve naturelle, une ancienne prairie de fauche, aujourd’hui gérée en friche, s’étend sur quelques dizaines d’ares. Deux petites mares colonisées par diverses plantes aquatiques, et visitées par certains batraciens, ont été aménagées au centre de la friche » (Natagora, J-L. Gathoye).

Nature et Découvertes - 10

Sur son trajet, un étang de retenue est visité par le martin pêcheur. Une flore typique est associée à chaque type forestier. Une flore aquatique peuple les mares (en voie d’atterrissement) de la plaine alluviale, de même que le bief d’un ancien moulin. Les sources et suintements de versant attirent plusieurs batraciens (dont la rare salamandre), insectes et mollusques aquatiques.

Nature et Découvertes - 11

LA VOLIERE DE SKY HUNTER

Nature et Découvertes - 12
Depuis 2 ans, la volière du parc communal est occupée par différentes espèces de rapaces diurnes et nocturnes appartenant à la société « Sky Hunter ». Les visiteurs sont libres de les observer ou de les photographier toute l’année. Ils pourront même les voir en pleine séance d’entraînement dans le parc. La société propose des journées pédagogiques dans les écoles, la participation aux mariages (apport des alliances, séance photo), après-midi photos, participation aux fêtes médiévales et cours d’initiations.

Tous les dimanches de mi-mars à mi-octobre de 13h30 à 17h45 : cours d’initiation à la fauconnerie dans le parc.
45€ (boisson et surprise comprises).
Excursions pédagogiques sur demande :

Gratuit pour les écoles flémalloises – 1€/enfant pour les écoles extérieures à la commune + frais de déplacement éventuels.

Les premiers samedis du mois : 3 heures de photos dans le parc (minimum 10 personnes) : 200€.

Activité d’effarouchement (réintroduction d’un prédateur afin de chasser les nuisibles) : devis sur demande.

Infos et réservation :

Van Damme Johan – Tél. : 0473/19.56.91

johanvd0701@gmail.com

Marc Vanbrabant – Gsm : 0494/14.04.72

skyhunter.info@gmail.com

Pour tout renseignement supplémentaire, n’hésitez pas à visiter leur page Facebook :

https://www.facebook.com/skyhunterfauconnerie/info

 

LES VIGNOBLES

 Nature et Découvertes - 13

« Les Coteaux Dame Palate » à Chokier

En 1682, on comptait 22 vignobles à Chokier. La moitié de la population cultivait la vigne et portait son raisin au pressoir banal. Cette vieille tradition viticole s’est effacée au cours de la période industrielle. En 1977, Raymond Godin, ouvrier sidérurgiste, décide de replanter de la vigne sur les coteaux de Dame Palate. Dame Palate est une dame qui vécut au début du XVè siècle. Son mari, le sieur Henri Polarde, lui laissa entre autres biens, une tour de garde qu’on peut encore voir aujourd’hui et un vignoble. Avec le temps, la dame Polarde devient Palate. Actuellement, le vignoble s’étend sur quelque 25 ares. Il est constitué d’environ 1650 pieds de Müller-Thurgau, de Pinot Gris et de Gewürztraminer. On y produit quelque 1000 bouteilles par an.

 Nature et Découvertes - 14

« Le Haut Rognac » à Mons-lez-Liège et aux Awirs (à deux pas du château d’Aigremont) :

C’est sur les hauteurs de Flémalle, que les vignes entretenues, cultivées et veillées par Jean-Luc Franck depuis 2006 produisent son « Haut Rognac » (du nom de la rue où évoluent une partie de ses vignes). Jean-Luc appréciait déjà le vin depuis longtemps quand on lui a proposé de s’occuper de quelques pieds de vignes vieux de 30 ans. Il n’y connaissait rien. Il s’est donc informé via des livres et internet. Aujourd’hui, il produit entre 500 et 1000 bouteilles par an de façon professionnelle.

Nature et Découvertes - 15

« Le Céliandre »

Angelo Buccolieri a repris en 2014 le vignoble de Jean-Pierre Van Lier, les « Pennes de Mont » à deux pas du Fort de Flémalle, et l’a rebaptisé « Céliandre », de la compression du prénom de leurs deux enfants, Célia et Andréa. Angelo s’initie au travail de la vigne et part à la rencontre d’autres vignerons pour apprendre la vinification. En septembre de la même année, les quatre premiers vins sortent : un Pinot gris, un Chardonnay, un Gewurztraminer et un rosé. Un peu plus de 1500 bouteilles sont produites et se lancent dès 2015 dans la production de délicieuses gelées de vin.