La LAVEUSE A LAINE LEVIATHAN, rue Jules Cerexhe

Machine du processus de lavage. Le monstre biblique a inspiré la curieuse dénomination « Léviathan » pour cette machine textile. A l’époque de sa conception, dans les années 1860, c’était le nom du plus grand navire existant. L’association entre la longueur exceptionnelle du bateau et celle des bacs successifs a généré l’image.

08. La LAVEUSE A LAINE LEVIATHAN

Eugène Mélen, mécanicien verviétois, a créé et mis au point une « désuinteuse-rinçeuse » en 1863.

La laine passe dans plusieurs bacs rectangulaires successifs dans lesquels elle subit différents bains : trempage, désuintage et dégraissage par eau chaude additionnée d’alcalins : savon de Marseille et carbonate de soude, rinçage. Des râteaux touilleurs poussent la matière de l’arrière vers l’avant et l’agite pour mieux en dégager les impuretés qui sont récoltées dans un double fond perforé. Entre chaque bac, une presse empêche les résidus de transiter. Le dernier comprimeur exprime l’eau avant le séchage afin d’économiser l’énergie.

Cette machine a été fabriquée par les ateliers V. Charpentier à Dolhain en 1948 et provient du Lavoir et Carbonissage de Dolhain.